France : The country with closed musical borders


18 septembre 2019

En français? Pas de souci, descendez sur la page!

english.png (32 KB)English

France is an exception, in the world of the music industry. That’s why it’s a country where it’s difficult, as an artist, to break into, and to make a career.

France, unlike other European countries, and on a larger scale, other countries of the world, is a country that suffers from a terrible paradox. We often hear that France is the country with the richest cultural offer in the world. And yet, it’s also the most closed country, in terms of music. Why?

Blame the media?

The media plays a huge role in the closure of France and its musical isolation. It’s not 100% their fault if our country is so closed musically, but we’re not really far from the half.

Radio stations and television channelss agree to broadcast pre-designed products. Yes, we are talking about products. And not artists. Because the goal of the game, for them, is to release the most profitable product. Some examples ? Jenifer, Kendji, Slimane, Amir, Frero Delavega. So many pure TF1 products, which we see mainly on TF1. And that we hear about NRJ, TF1’s historical partner. The circle is complete. TF1 manufactures the product, NRJ markets it. TF1 is the first TV channel in France. When you turn on your TV, it appears on Channel 1. NRJ is the first radio station in France and covers all the territory. And they work together to product this soap.

Blame the consumers?

Again, you will notice that we use the term « consumer » and not « listener ». Indeed, music is, today, a consumer product. It can be listened all day long, everywhere, on all possible media. Unless you live as a hermit, you can’t miss out on music. It is consumed permanently and is everywhere.

The musical isolation of France is certainly accentuated by the media, which are responsible for 50% as mentioned above. So the remaining 50% is for whom? The consumer himself!

Unlike many other countries (almost all except Belgium, Luxembourg or Switzerland, which are flooded by the French media), France operates on a simple strategy but often passed over silence: « I don’t know, so I don’t like « . Oh. This is what I call sadness with a big S. Yes, the Frenchman is undeniably very closed to discovery. Maybe that’s not your case, and that’s cool! In this case, continue reading, you will make some nice discoveries at the end.

The fear of discovery

Come on, enough blah blah. Now, we will talk concretely with an example.

Once you had a listen to that track, make someone of your entourage have a listen to « Different » from The Academic band.

A Dutchman, a German, or an Englishman will tell you « Amazing », « I love it! » While the Frenchman will tell you « It’s not famous? So, I don’t like it! « . Very sadly reductive point of view. But so sadly real. And you don’t need to go far to try the experience: try with a French guys you may know.

So, French people are going to tell us »  yeah, well, they’re Irish, so we just don’t know about them . » OKAY. In this case, we will follow this way of thinking, with another example.

Bon Air is a French duo. They come from Guéthary, in the Basque Country, a beautiful village perched on the Atlantic coast. You like? It’s not aired here in France on the radio. And honestly, the track has every chance to be exported abroad: the writing in English is great, the alsmost imperceptible French accent, and the composition is rich. The band often travels abroad, especially in New Zealand where they find inspiration to write and compose sumptuous melodies. Because music is a way of life, a culture. And they had the good idea to look elsewhere for the culture and openness that France lacks.

Did you say « fear »? Yeah, I said « fear »!

Basic French listener won’t make any effort to dig novelty. Novelty scares him . It’s an unconscious feeling. On the other hand, what he knows reassures him. And what he knows very well, even more. Why do we still hear from Jean-Jacques Goldman every day on RFM? Because this is the most famous French singer, and everybody know him right here. And French listeners love to be served again and again what they know. Because it reassures them. And in terms of radio, a song from Jean-Jacques Goldman, is called a « strong » track. Because he reassures. On the other hand, our little Irish band from The Academic, or our French favorites of Bon Air, won’t be aired. Because for French radio stationss, it’s what they call « risk taking ». Yes, you read that right. We talk about risk when we broadcast an unknown song. It must always be « secured » between two very well known tracks. While abroad, spreading discoveries is a daily practice perfectly rooted in morals.

French exception?

Almost. As we said before, our Belgian, Swiss, and Luxembourgish neighbors are drinking from the French media, and the same thing is going on there. But just pass the Channel and go for a ride in the UK. Turn on any radio station, even the most popular. Of course, you’ll hear hits from the moment. But not only. You would be surprised to hear the Spice Girls, always scheduled daily, alongside artists completely unknown to the general public. Because Great Britain is musically more open to discovery. All the opposite of France.

Do France export its music?

Yes, we manage to export French artists. And contrary to popular belief, foreign media don’t go to excess with Edith Piaf or Gainsbourg. As a proof, some British radios like the BBC already pushed on air Christine and The Queens, Daft Punk, or Phoenix, for example. However, they have never heard of Johnny Hallyday or Patrick Bruel. We experienced it in UK. After a quizzical look, they gave us a spontaneous « Who’s that? « Rather disconcerting for any French people. It was a strange experience: at once scary, because it feels like you’re talking to people who are a bit ignorant, but also reassuring, because you realize that you’ve set foot in a country more open to discovery, because they have many more artists to discover, than us. So, we can tell that « popularity » has a different meaning, from a country to another.

Will it ever change?

Bad news: no. And the reason is simple: you can’t change the whole culture of a country. Because it’s really a matter of culture. Musically, France is closed. United States, UK, Germany, Netherlands, Asian countries, are open to what they don’t know and are very curious and eager to discover. Unless a radio revolution happens. If tomorrow, NRJ starts broadcasting Kodaline, Sunrise Avenue, or Flo Chase, these artists will become huge stars in France. For now, they remain perfect strangers for almost everyone. Because the French media works on a strategy: they don’t play hits, they create them! It is by putting a song every 2 hours that the song becomes a hit.

Even if we create a webradio?

Unfortunately : no way. When you read all that, it’s tempting to create a webradio that has the right balance of hits and discoveries. We have already tried, our webradio closed in 2018 after 13 years of existence (which is already a record). But it never took off. Because you have to live with your time. We are in 2020 and the Internet radio is out of date. However, creating playlists on Spotify, or a YouTube channel, is easier to do and really cheaper.

Can we make any song a hit?

Well… yes! That’s why, as an artist, we must not despair. Everything is possible!

A recent example is shouting truth: Come and Get Your Love , from Redbone.

France has heard that last year on the radio. A real huge hit. Yet, it’s a 1974 track! Who would’ve believed that?! It was enough for Bouygues Télécom to use this song in a Christmas commercial, broadcasted from October to December 2018 on French screens, so that the streams increased in a rarely seen way before. The radios stations were eager to broadcast it in high rotation. Before marketing the track on compilations. And the song finally became known in France, 45 years after its release.

If we go back in the 2000s, any track can become a hit. Without including the words of the century, which will move everyone to tears. We won’t dwell on the subject but often, only two words are necessary : Crazy Frog, Tribal King

Shared wrongs?

So we see very well from this concrete example, the Redbone’s track, how the French listener is manipulable by media. Because television has given this old track its nobility. And radios just have surfed the wave. And this explosion of streaming plays (nearly 10 millions, like that, suddenly!) is due … to France. The song has not seen a jump of streaming plays out of France. And foreign radio has always played since its release, no one has forgotten it. In France, we didn’t even know about this track. Because TV discovered it, then radio discovered it, and so, French listeners discovered it. The wrongs are therefore shared. The media contribute to this cultural closure, and the French people seem to agree.

Can a French artist break into the international scene?

Fortunately, yes! Of course, speaking correct English will be your best weapon. If so, then yes, an international career is possible. If your writing in English is fluent, and your composition is neat, you can succeed. When it comes to exporting, there are a lot of things to do. How to write correctly in English? How to develop a good digital strategy? Where to send your music? On all those points, we can help you!

Some other artists don’t need our help anymore, and that’s good! We can use this fine example of French success abroad, with the Lyon-based band Nazca.

But I am open!

Great! That’s the best news we’ve heard for a long time. You will enjoy your life, having a much richer musical culture. We invite you to take a look at our music blog, Indie Music Center , which is full of nuggets that will stay in your mind all day long. And if you don’t speak French to understand our reviews, just have a listen. Music is a universal language.

----------------------------------------------------------------------

france transparent.png (29 KB)Français

La France est un pays à part, dans le monde de l’industrie musicale. Voila pourquoi c’est un pays dans lequel il est difficile en tant qu’artiste, de percer, et de se faire une carrière.

La France, à la différence des autres pays Européens, et à plus large échelle, des autres pays du monde, est un pays qui souffre d’un affreux paradoxe. On entend souvent que la France est le pays qui a l’offre culturelle la plus riche du monde. Et pourtant, c’est le pays qui est le plus fermé, sur le plan musical. Pourquoi?

La faute aux médias ?

Les médias jouent un rôle énorme dans la fermeture de la France et dans son enclavement musical. Ce n’est pas à 100% de leur faute si notre pays est si fermé musicalement, mais on est pas loin des 50%.

Radios et télévisions s’accordent pour diffuser des produits pré-conçus. Oui, on parle bien de produits. Et non d’artistes. Car le but du jeu, pour eux, est de sortir le produit le plus rentable. Quelques exemples ? Jenifer, Kendji, Slimane, Amir, Frero Delavega. Autant de purs produits TF1, que l’on voit essentiellement sur TF1. Et que l’on entend sur NRJ, partenaire historique de TF1. La boucle est bouclée. TF1 fabrique le produit, NRJ le commercialise.

La faute aux consommateurs ?

Là encore, vous remarquerez que nous utilisons le terme « consommateur » et non « auditeur ». Effectivement, la musique est aujourd’hui un produit de grande consommation. Il s’en écoute à longueur de journée, partout, sur tous les supports possibles. A moins de vivre en ermite, vous ne pouvez pas passer à côté de la musique. Elle se consomme en permanence.

L’isolement musical de la France est certes accentué par les médias, qui en sont responsables à 50% comme on le disait plus haut. Alors, les 50% restants, c’est pour qui ? Le consommateur lui-même!

Contrairement à de nombreux autres pays (quasiment tous, exceptés la Belgique, le Luxembourg ou la Suisse, qui sont inondés par les médias Français), la France fonctionne sur un principe simple mais bien souvent passé sous silence : « J’connais pas, donc j’aime pas« . Oh la Tristesse avec un grand T. Eh oui, le Français est indécrottablement très fermé à la découverte. Peut-être que ce n’est pas votre cas, et tant mieux. Dans ce cas, poursuivez la lecture, vous allez faire de belles découvertes à la fin.

La peur de la découverte

Allez, assez de bla bla. Maintenant, on va parler concret avec un exemple.

Après l’avoir écouté, faites écouter aujourd’hui le titre « Different » du groupe The Academic à quelqu’un de votre entourage.

Un Néerlandais, un Allemand, ou un Anglais va vous dire « Amazing », « I love it! » alors que le Français va vous dire « C’est pas connu? Alors, j’aime pas! ». Très réductrice, comme vision. Mais pourtant tellement réelle. Et vous n’avez pas besoin d’aller bien loin pour tenter l’expérience : tentez avec votre conjoint(e) par exemple.

Alors, vous allez nous dire « ouais, bah forcément, ils sont Irlandais, donc on c’est normal qu’on ne les connaisse pas« . OK. Dans ce cas, on suit votre raisonnement. Voici maintenant un autre exemple.

Bon Air est un duo Français. Ils viennent de Guéthary, au Pays Basque, magnifique village perché sur la côte Atlantique. Vous aimez? Pourtant, ça ne passe pas à la radio. Et honnêtement, le titre a toutes ses chances de s’exporter à l’étranger : l’écriture en Anglais est impeccable, l’accent français imperceptible, et la composition est riche. Le groupe voyage souvent à l’étranger, notamment en Nouvelle-Zélande où il trouve l’inspiration pour écrire et composer de somptueuses mélodies. Car la musique, c’est un mode de vie, une culture. Et ils ont eu la bonne idée d’aller chercher, ailleurs, la culture et l’ouverture d’esprit qui manquent tant à la France.

La peur? Oui, oui, la peur!

Le Français de base ne fera pas l’effort d’aller chercher de la nouveauté. La nouveauté lui fait peur. C’est un sentiment inconscient. En revanche, ce qu’il connaît le rassure. Et ce qu’il connaît très bien, encore plus. Pourquoi entend-on encore en 2020 du Jean-Jacques Goldman tous les jours sur RFM? Parce que les Français le connaissent très bien. Et les Français adorent qu’on leur serve encore et encore ce qu’ils connaissent. Car ça les rassure. Et en terme de radio, un Jean-Jacques Goldman, on appelle ça un titre « fort ». Car il rassure. En revanche, nos petits irlandais de The Academic, ou nos chouchous français de Bon Air, ne seront pas programmés. Car pour les radios françaises, il s’agirait d’une « prise de risque ». Oui, vous avez bien lu. On parle de risque lorsqu’on diffuse un titre inconnu. Il faut toujours le « sécuriser » entre deux titres très connus. Alors qu’à l’étranger, diffuser des découvertes est une pratique quotidienne parfaitement ancrée dans les mœurs.

Exception Française ?

Presque. Comme on le disait précédemment, nos voisins belges, suisses, et luxembourgeois sont abreuvés des médias français, et il s’y passe un peu la même chose. Mais passez simplement la Manche et allez faire un tour au Royaume-Uni. Allumez n’importe quelle station de radio, même la plus populaire. Vous entendrez bien sûr des hits du moment. Mais pas que. Vous seriez surpris de réentendre les Spice Girls, toujours programmées quotidiennement, aux côtés d’artistes complètement inconnus du grand public. Car la Grande-Bretagne est ouverte musicalement à la découverte. Tout le contraire du Français.

Est-ce que nous exportons ?

Oui, nous réussissons pourtant à exporter des artistes Français. Et contrairement aux idées reçues, les médias étrangers ne se gavent pas à outrance avec Edith Piaf ou Gainsbourg. Pour preuve, certaines radios anglaises comme la BBC programment Christine and The Queens, Daft Punk, Phoenix, par exemple. Pour autant, ils n’ont jamais entendu parler de Johnny Hallyday ou Patrick Bruel. Nous en avons fait l’expérience sur le terrain. Après un regard interloqué, ils nous ont gratifié d’un spontané « Who’s that? » assez déconcertant. C’était une expérience étrange : à la fois effrayante, car on a l’impression de converser avec des gens un peu ignares, mais aussi rassurante, car on se rend compte qu’on a mis les pieds dans un pays plus ouvert à la découverte, car ils ont beaucoup plus d’artistes à nous faire découvrir que nous. Comme quoi, la popularité est une notion qui diffère rapidement d’un pays à un autre.

Est-ce que ça va changer ?

Mauvaise nouvelle : non. Et la raison est simple : on ne peut pas changer la culture d’un pays. Car il est bien là question de culture. Musicalement, la France est fermée. Les Etats-Unis, le Royaume-Uni, l’Allemagne, les Pays-Bas, les pays asiatiques, sont ouverts à ce qu’ils ne connaissent pas et sont très curieux et avides de découvertes. A moins d’une révolution radiophonique. Si demain, NRJ se met à diffuser Kodaline, Sunrise Avenue, ou Flo Chase, ces artistes deviendront des méga stars en France. Pour l’instant, ils restent de parfaits inconnus pour presque tout le monde. Car les médias français fonctionnent sur un principe : ils ne jouent pas des hits, ils les créent! C’est en matraquant une chanson toutes les 2 heures que la chanson devient un hit.

Même en créant une webradio ?

Malheureusement, non. Quand on lit tout ça, il est tentant de créer une webradio qui comporterait un juste équilibre entre hits et découvertes. On a déjà essayé, notre webradio a fermé en 2018 après 13 ans d’existence (ce qui est déjà un record). Elle n’a jamais décollé. Car il faut vivre avec son temps. Nous sommes en 2020 et la webradio, c’est dépassé. En revanche, créer des playlists sur Spotify, ou une chaîne YouTube, c’est faisable et ça coûte beaucoup moins cher.

Peut-on faire de n’importe quelle chanson un hit ?

Eh bien… Oui. Voila pourquoi en tant qu’artiste, il ne faut pas désespérer. Tout est possible!

Un exemple récent est criant de vérité : Come and Get Your Love, de Redbone.

Vous avez forcément entendu ça l’année dernière à la radio. Un vrai carton. Pourtant, c’est un titre de 1974! Qui l’eût cru?! Il a suffit que Bouygues Télécom utilise ce morceau dans une publicité de Noël, diffusée d’octobre à décembre 2018 sur les écrans français, pour que les écoutes en streaming s’envolent. Les radios se sont donc empressées de le diffuser en haute rotation. Avant de commercialiser le titre sur des compilations. Et la chanson est enfin devenue connue en France, 45 ans après sa sortie.

Si on fait un petit retour arrière dans les années 2000, n’importe quel titre peut devenir un hit. Sans pour autant qu’il comporte les paroles du siècle, qui vont émouvoir tout le monde aux larmes. On ne s’étalera pas sur le sujet mais souvent, ça tient en deux mots : Crazy Frog, Tribal King

Torts partagés ?

On voit donc très bien à partir de cet exemple concret, le titre de Redbone, à quel point le Français est manipulable par les médias. Car c’est bien la télévision qui a rendu à ce vieux titre ses lettres de noblesse. Et c’est bien la radio qui a surfé sur la vague. Et cette explosion des écoutes en streaming (près de 10 millions, comme ça, d’un coup!) est due… à la France. La chanson n’a pas connu un bond des écoutes en streaming hors de France. Et les radios étrangères l’ont toujours joué depuis sa sortie, personne ne l’a oublié. En France, on ne connaissait pas. Mais parce que la télé l’a découvert, la radio l’a alors découvert, et donc le Français l’a découvert. Les torts sont donc partagés. Les médias contribuent à cette fermeture culturelle, et le Français semble s’en accommoder.

Puis-je quand même percer à l’international ?

Heureusement, oui! Evidemment, parler un anglais correct sera votre meilleur atout. Si c’est le cas, alors oui, une carrière internationale est possible. Si votre écriture en anglais est propre, et que votre composition est soignée, vous pouvez réussir. Pour ce qui est de s’exporter, il y a beaucoup de choses à mettre en oeuvre. Comment écrire correctement en anglais? Comment développer une bonne stratégie digitale? Où envoyer sa musique? Sur tous ces points, on peut vous aider!

D’autres n’ont déjà plus besoin de notre aide, et c’est tant mieux! On peut citer comme bel exemple de réussite française à l’international, le groupe lyonnais Nazca.

Moi, je suis ouvert !

Grand bien vous fasse! Vous en ressortirez avec une culture musicale bien plus riche. Nous vous invitons alors à faire un tour sur notre blog musical, Indie Music Center, qui regorge de pépites qui vont vous rester en tête toute la journée.